Un jeu de François COMBE



Plongez dans l’univers des Frères de la Côte, ces fiers et féroces flibustiers écumant les Caraïbes, pillant et brûlant convois et villes. Mais qui sont-ils vraiment ? Gens de sacs et de cordes, marins en rupture d'équipage, contrebandiers affamés, gentilshommes sans ressources, soldats perdus des guerres qui déchirent le continent, mais aussi et surtout des miséreux, véritables gueux de la mer. Des êtres de légende dont on répète les exploits et les crimes de taverne en taverne. Corsaires ou pirates ? La frontière, en cette fin de 17ème siècle, est bien floue. L’erreur des Espagnols est de leur faire une chasse impitoyable. Traqués, les voici transformés en alliés les plus sûrs, tous Frères de la Côte, unis par des sentiments indéfectibles de liberté, de loyauté et d’équité. C’est l'âge d'or de la flibuste et l'entrée dans la légende de leur repaire : l’Ile de la Tortue. C’est le passage obligé, au large, des galions de La Havane, le repaire infernal des flibustiers où l'alcool, l'or et le sang coulent à flot. On joue, on boit, nuit et jour, tout à l'ivresse de vivre au présent, de tout brûler de ses richesses, de sa vie, dans l'instant et de recommencer jusqu'à l'issue fatale. Mais c’est surtout là que se partagent et s’échangent les prises. On écoule le butin (marchandises, richesses et même des captifs) auprès des aubergistes et des marchands, en négociant ferme sur les contrats qui lient les uns aux autres car jamais peut être on eut de société plus égalitaire qu'avec tous ces forbans…

Enfin, presque ! Car un océan sépare la légende de la cruelle réalité. C’est bien jolie la fraternité, mais il y a des limites ! Surtout à terre, lorsqu’il s’agit d’écouler le butin. Il n’y a plus de frères qui compte et c’est chacun pour soi ! Dans « Frères de la Côte », chaque joueur incarne un redoutable et légendaire pirate, de retour à la Tortue, et qui cherche à écouler le considérable butin qu’il a accumulé dans sa cale. Pour cela, il envoie ses fidèles lieutenants négocier ses prises auprès des marchands et des receleurs de l’Ile. Cependant, comme il n’est pas le seul, la concurrence avec ses « frères » risque d’être âpre voire même brutale. A l’issue de cette lutte fratricide, le vainqueur sera le joueur le plus riche, c’est-à-dire celui qui aura réussi à écouler le butin le plus important.


10 ans et plus45 minutes2 à 4 joueurs


* 110 cartes de jeu ;
* 32 marqueurs Pirate ;
* 4 pions de points de richesse ;
* 4 paravents ;
* 3 pions de demande ;
* 1 dé à six faces 
;
* 1 règle de jeu
.






Illustrations
(Cliquez sur les illustrations pour les agrandir)