Ne nous fâchons pas !

Ces derniers temps, je fus mêlé malgré moi à une querelle, aussi vaine qu’inutile, sur le forum d’un célèbre site de jeux de société. Or, j’ai pour habitude d’intervenir le moins possible, voire même de m’abstenir, surtout lorsque je pressens que la discussion va rapidement virer à la polémique agressive. Deux raisons motivent cette règle de conduite.

Premièrement, l’immédiateté et la pseudo confidentialité qu’offrent les forums sont souvent une incitation aux débordements parfois même à la violence verbale. Les garde-fous traditionnels, c’est-à-dire ceux propres aux conversations entre plusieurs personnes physiquement présentes, n’existent plus. Le sentiment de sécurité (donc d’impunité) que procure le réseau fait que certains internautes se « lâchent » sans retenue. Généralement, ils finissent par ne plus écouter leurs contradicteurs ou bien ils prennent à témoin les « badauds » du forum du mal qui leur est fait. Vu de l’extérieur, ce jeu de massacre réciproque est parfois drôle quoique lassant à la longue. Heureusement, il se trouve souvent une âme charitable pour mettre fin au pugilat en demandant simplement quel est l’intérêt de tout ce vacarme. En revanche, lorsque vous êtes pris dans l’œil du cyclone, l’aventure est nettement moins drôle.

Deuxièmement, j’ai par nature horreur des conflits, à l’exception, bien sûr, de ceux, virtuels, occasionnés par la rencontre de plusieurs énergumènes assoiffés de bière autour d’une table de jeu. Sans prétention aucune, je crois être doté d’une assez grande ouverture d’esprit et je ne cherche pas à avoir raison coûte que coûte. Il faut être beau joueur et s’incliner lorsqu’on a perdu la partie. Enfin, la vie est bien trop courte (ainsi que l’est mon temps disponible) pour la gaspiller en chamailleries immatures. Mes interventions sur les forums se limitent donc à de simples informations sur le monde du jeu ainsi qu’à des conseils en matière de création.

Dans ce cas, pourquoi intervenir alors que je sais pertinemment  que la discussion va s’envenimer rapidement. Tout simplement, pour préserver mes intérêts. Il s’agit là d’une réaction tout à fait prévisible de la part d’un joueur rationnel. Lorsque cela est nécessaire, il faut « montrer les crocs ». Ne rien dire, en espérant que les choses vont s’arranger d’elles-mêmes, est une stratégie perdante. Cela revient à laisser le champ libre aux rares « inquisiteurs » du web dont l’activité favorite est de polluer les forums de leurs anathèmes ludiques. Croyez-moi, être pointé du doigt et jeté en pâture à la colère populaire, n’est pas spécialement agréable. Leur laisser occuper seuls le terrain, c’est accepter de les voir réduire en confettis votre réputation. Cette dernière est pourtant essentielle pour un créateur en quête de reconnaissance.


En guise de conclusion, j’opterai pour la métaphore sportive suivante : à l’image du tacle du défenseur, votre réponse doit être virile mais correcte. Evitez la surenchère, soyez sobre et efficace. In fine, cherchez la conciliation de façon à montrer que vous souhaitez la fin de la partie sur un match nul. Enfin, n’humiliez jamais un contradicteur, car cela manque cruellement d'élégance.

François COMBE
(Avril 2006)